Interview Jean Luc Mourier Août 2011

Ecuries Jean Luc Mourier > ACTUALITES > Interview Jean Luc Mourier Août 2011

Equitation. CSI Mâcon-Chaintré 18, 19, 20 et 21 août.

Rencontre avec le vainqueur 2010. Mourier ou la preuve par 4

 17/08/2011 par Salvatore Barletta
C’est avec Lutin Croze que Mourier défendra son titre 2010 dimanche prochain.

Un an après son succès lors de la première édition de Mâcon-Chaintré, le haut-savoyard Jean-Luc Mourier, s’annonce comme l’un des favoris de l’épreuve. Et ce même sans Captain Jim.

Dans sa vie, Jean-Luc Mourier est un homme pressé. Sur le terrain, c’est un cavalier rapide. Très rapide. Il « recrute » ses chevaux en conséquences. « J’aime les grandes galopades, les prises de risque au maximum, les chevaux qui ont du sang » dévoile-t-il avec un large sourire. Et cela lui réussit plutôt bien. Autrefois directeur de supermarché, Jean-Luc a troqué son costume-cravate pour la tenue de pilote professionnel au début des années 2000 et depuis, tout semble fonctionner pour le mieux.

« Après mon succès à Mâcon, j’ai enchaîné les bons résultats » souffle celui qui a installé ses écuries en Haute-Savoie, à Messery exactement, près de la frontière suisse. A Vidauban (Var) en avril dernier, Mourier écrase la compétition avec quatre victoires. Il récidive début août à Sainte-Cécile avec une nouvelle fois quatre épreuves à son crédit. Pour enfin achever sa préparation en vue de Mâcon-Chaintré à Blanzy par une domination sans partage. « Mes chevaux sont en pleine forme en ce moment, assurait-il ce dimanche après un quatrième laurier. C’est de bon augure avant le CSI de Mâcon ».

Sauf que pour ce deuxième rendez-vous mâconnais, Mourier ne disposerait pas de son atout majeur. Celui avec lequel il maîtrisait la concurrence en 2010. « Captain Jim est décédé en juin dernier suite à des coliques. Ce truc, c’est la grande peur des cavaliers » déplore-t-il. Peut-il, sans Captain Jim, incroyable de facilité sur la grande piste de sable mâconnaise, récidiver cette année ? « J’ai eu la chance qu’on me confie Lutin Croze il y a trois semaines. C’est un cheval qui possède d’’énormes qualités de saut. Bizarrement, il est très came et froid dans les boxes mais quand il entre sur le terrain, il devient une bête de compétition. On a besoin de se connaître et j’espère être fin prêt avec lui pour Mâcon ».

25.86. C’est le chrono époustouflant réalisé par le cavalier de Haute-Savoie, Jean-Luc Mourier, avec Kidit Saint Clair, pour triompher dans ce GP Pro 1 d’1,40 m. Au final, le vainqueur de Mâcon-Chaintré 2010 devance la suissesse Nadja Steiner et son Calheta de près de quatre secondes.

Cette ultime épreuve de la journée, avec 62 engagés, a donc souri à cet amoureux des grandes pistes. « J’aime ça galoper et les chevaux qui ont du sang » nous confiait-il quelques minutes avant d’entrer en piste alors que Nadja Steiner avait affolé le chronomètre en mettant tout le monde d’accord, étant la première à descendre sous les trente secondes dans la deuxième phase du parcours. Mais quand Mourier s’élance, le speaker du CSO réclame toute l’attention du public. Il ne se trompera pas. Le récital est impressionnant d’aisance. Le pilote haut-savoyard accroche toutes les options possibles pour gagner centième par centième, dixième par dixième, pour au final exploser le temps de la Suissesse. 25.86 contre 29.47. Le résultat est édifiant.

Grâce à ce succès, son premier à Blanzy, Jean-Luc Mourier prend d’ores et déjà rendez-vous pour le point d’orgue de cette manifestation, le Grand Prix 145 de cet après-midi.

 

0