CSO National de Blanzy.

Ecuries Jean Luc Mourier > ACTUALITES > CSO National de Blanzy.

Equitation. CSO National de Blanzy. Grand Prix Pro 1 (1,45 m).

Mourier et les autres…..

Jean-Luc Mourier était imbattable ce week-end sur la piste de sable des Ecuries de l’Enclos à Blanzy. Photo Philippe Monperrus

Jean-Luc Mourier n’a laissé plané aucun suspense. Qualifié pour la deuxième manche avec trois montures, le cavalier de Haute-Savoie a facilement maîtrisé la concurrence.

Jeudi dernier, nous l’avions prédit. Jean-Luc Mourier faisait figure d’épouvantail et il a rempli à merveille ce rôle. « C’est un super week-end mais ce n’est pas toujours comme ça » lâchait le pilote hier soir à l’issue de la remise des récompenses du Grand Prix 145 dominé de la tête et des épaules par le vainqueur de Mâcon-Chaintré 2010.

Après deux succès dans les deux épreuves précédentes, Mourier a l’honneur d’ouvrir le bal de ce Grand Prix dessiné par Michel Ismalun et qui au final se révélera beaucoup plus compliqué que prévu. « Le temps – 79 secondes — était très court. Le chef de piste n’a pas besoin de mettre haut pour rendre le parcours difficile » expliquait Mourier après l’épreuve.

Trois chevaux qualifiés !

Si le cavalier efface avec maestria cette première manche avec un sans faute époustouflant, il faut attendre le 28 e passage et le couple Nadja Steiner et Calheto pour voir l’hégémonie du cavalier haut-savoyard en prendre un coup. Et comme le franc-comtois Fabien Acide, malgré un léger dépassement de temps, réalise également le tour parfait, la seconde manche promet des étincelles.

Malheureusement pour ses adversaires, Mourier décroche deux autres tickets pour la finale. Avec Lutin d’abord, et ce malgré une faute sur un oxer, puis avec Lavande d’Aix, son ultime atout, qui avale sans sourciller les obstacles dressés par Michel Ismalun. Huit duos en découdront ainsi en deuxième manche, une manche à laquelle ne participera pas la chalonnaise Christine Bolleteau, écartée de la qualification pour une faute sur un oxer clair et un chrono trop élevé.

Dans cet exercice que l’on peut comparer à une épreuve de tirs au but au football, Mourier est impérial. Même si avec Lutin, il commet une nouvelle faute, sur son fidèle Kiddit, la leçon du maître est incroyable de facilité. Un double zéro pour un temps de 50.40. Largement suffisant pour devancer le franc-comtois Fabien Acide, le seul à imiter Jean-Luc Mourier avec le sans faute. Le podium est complété par la suissesse Nadja Steiner alors que le blanzynois Benoît Cernin sur Janissaire du Sacel clôt le palmarès de ce Grand Prix 145 suivi par un public nombreux.

0