CSI **** Bourg en Bresse

Ecuries Jean Luc Mourier > ACTUALITES > CSI **** Bourg en Bresse

Si le soleil n’a pas accompagné jusqu’à la fin le Jumping International de Bourg en Bresse, les cavaliers de Rhône-Alpes ont su être performants lors des Grands Prix du dernier jour.  Depuis le début du concours, nos représentants avaient montré leur habilité dans la préparation des jeunes chevaux.  Ils concluent en apothéose, s’adjugeant les deux Grand Prix du circuit SHF/FFE Future Elite.

Olivier Perreau Evita

C’est tout d’abord Olivier Perreau qui remporte les 6 ans avec sa jument belge Evita. Le Grand Prix des 7 ans s’est conclu par un duel entre deux presque voisins, et habitués à concourir ensemble, Vincent Feuillerac et Jérône Ringot.  Vincent Feuillerac a été le plus rapide avec Prince d’Uranie, un fils de Kannan né en Saône et Loire chez Isabelle Pomel,  Jérome Ringot se contentant d’une très belle 2e place avec Pink Lady d’Emm, une fille de For Pleasure née chez Muriel Ranger dans l’Ain.

Dans le difficile Grand Prix dessiné par Serge Houtman, on retrouve avec plaisir à l’honneur une ancienne gagnante de ce GP, Blandine Roux, 7e avec Spécial Graaf.  Et il y a tout lieu d’être satisfait des performances de nos deux « novices»  à ce niveau. En effet, pour leur premier GP de CSI ***, Jean Luc  Mourier avec Captain  Jim   JLMourier Captain Jim au dessus de la rivière du CSI de Bourg en Bresseet Cyril Bouvard avec Oleander ont non seulement réussi à être parmi  les quarante retenus, mais ils sortent chacun pénalisé seulement d’une faute. Bravo !

Retrouvez le tracé du Grand Prix Bourg en Bresse GPB 2010 avec les commentaires de Cyril Coeur et tous nos reportages avec  Wan video

Vincent Feuillerac prince d'Uranie

Ce long week-end d’équitation a débuté sur un faux rythme, languissant, comme la musique « jazzie » diffusée par les haut-parleurs dès la mi-journée. Sous un soleil de plomb, mais un vent ébouriffant, le CSI de Bourg-en-Bresse a pris ses marques avec les épreuves réservées aux jeunes chevaux. Mais qu’on ne s’y trompe pas : malgré la torpeur ambiante et des tribunes encore désertes, cette première journée n’en est pas moins « très importante ». Pour les cavaliers, mais surtout pour leurs montures. « Cela fait maintenant 5 ou 6 ans que la fédération et la Société hippique française ont mis sur pied ce circuit » confirme le Normand Timothée Anciaume. « Cela nous permet d’amener nos jeunes chevaux, de 6 et 7 ans, pour les aguerrir sur l’obstacle. De ce point de vue, ce lever de rideau est très enrichissant, dans la mesure où on peut raisonnablement espérer voir ces chevaux sur des épreuves de Grand prix à plus ou moins brève échéance ». C’est le cas par exemple de Quarmac du Mesnil et Papillon du Lys, qui « se sont très bien comportés » apprécie le vainqueur du Grand Prix en 2008, qui revient à Bourg avec Litsam et l’ambition de récupérer un titre abandonné en 2009 au Lorrain Fabrice Dumartin.

« C’est l’une des spécificités du CSI de Bourg que de proposer deux épreuves qualifi catives – Ndr : la seconde aura lieu aujourd’hui- et une finale pour les meilleurs, dimanche à midi » souligne pour sa part Jacques Robert. « Cela n’existe nulle part ailleurs et c’est d’autant plus valorisant pour le cheval » poursuit le vice-président de la fédération française d’équitation et « cheville ouvrière » du comité d’organisation. « Et depuis que nous sommes passés au format des quatre jours, en 2007, il fallait bien trouver des animations pour étoffer le programme et occuper cette journée. C’est aussi l’occasion d’une répétition générale pour les quelque 150 bénévoles de la SEB que nous mobilisons sur et autour de la piste.

Les 6 ans se sont affrontés sur des obstacles à 1,30 m, sur un parcours classique et équilibré, sans obstacle « juge » mais un temps assez juste (1’26”). L’occasion pour les Français, et les régionaux en particulier de se mettre en évidence dans le sillage de Jean-Luc Mourier, Laurent Guillet, Olvier Perreau et Alexandre Louchet. À noter toutefois la superbe prestation du Japonais Daisuke Fukushima dont la monte, toute en finesse lui a gagné un sans-faute malheureusement pénalisé de 3 points au temps.

Les 7 ans ont fait preuve des mêmes grosses qualités, comme le prouvent les 14 sans-faute enregistrés. Ils ont tourné sur la même piste que leurs « cadets », mais sur des obstacles relevés à 1,35 m. Et là encore, les régionaux se sont montrés à la hauteur de l’événement, à l’instar du Bressan Laurent Guillet, des Dombistes Alexa Ferrer et Vincent Feuillerac.

Emmanuel Marquez

et Florence Loslier-Massard

0